Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
7 février 2017

Procès de militants BDS : Saadia et Hussein relaxés à Montpellier !

Saadia et Hussein, deux militants de la campagne BDS poursuivis pour le désormais bien connu « appel à la discrimination », ont été relaxés mardi par la Cour d’appel de Montpellier, qui a déclaré nulle la procédure lancée contre eux.


Les faits remontaient à 2014, au plus fort des massacres de Gaza par l’armée israélienne. Sur la page Facebook de l’un de ces deux militants, apparaît un message quelque peu haineux, aux antipodes des valeurs défendues par le mouvement de solidarité avec le peuple palestinien.

Dès qu’ils se rendent compte de la présence d’un tel message, posté par un inconnu, Saadia et Hussein l’effacent de leurs pages Facebook respectives, et en condamnent le contenu.

Mais c’était sans compter sans l’acharnement de diverses officines, à commencer par la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), qui porte plainte contre nos camarades et déclenche ainsi l’action judiciaire.

S’ étaient donc retrouvés, au tribunal, sur le même banc des parties civiles, deux associations censées lutter contre l’occupation israélienne de la Palestine, à savoir la LDH bientôt rejointe par le MRAP, côte-à-côte avec les officines traditionnelles du lobby israélien en France : « Avocats sans Frontières » et « France-Israël » de Goldnadel, le BNVCA de Sammy Ghozlan, et la Licra.

Honteuse collusion, en vérité, mais parfaitement assumée par la LDH et le MRAP, qui avaient fait descendre de Paris leurs propres « ténors du barreau », les avocats Michel Tubiana et Pierre Mairat.

En première instance, en avril 2016, les deux militants avaient été condamnés à des peines d’amende, dont ils avaient immédiatement interjeté appel.

Le jugement de première instance avait entre autres ceci de scandaleux qu’il ignorait purement et simplement, sans même chercher à les réfuter, les nombreuses nullités, solidement argumentées, soulevées par les avocats des deux prévenus, M° Gilles Devers et M° Dominique Cochain.

Devant la Cour d’appel de Montpellier, en décembre dernier, le procureur général a constaté sans difficultés les défaillances flagrantes du jugement de première instance, et il a conclu qu’effectivement, les poursuites contre Hussein et Saadia étaient entachées de nullité.

L’arrêt de relaxe prononcé mardi est un encouragement pour tous à résister à l’intimidation judiciaire, et à développer plus que jamais la campagne de boycott d’Israël, tant que cet Etat foulera au pied les droits les plus élémentaires du peuple palestinien.

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1220