Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
15 avril 2018

L’Etat français attaque la ville de Bezons pour avoir reconnu l’Etat de Palestine !

La colonisation est un crime contre l’humanité, dixit Macron, mais cela ne l’empêche pas d’attaquer tous azimuts les municipalités qui défendent le droit international ! C’est comme sa conception de la démocratie : "Messieurs les députés, je vous autorise à débattre de mes bombardements en Syrie, mais pas à voter !"


"La sous-préfète d’Argenteuil, Martine Clavel, a adressé un recours gracieux au maire (PCF) lui demandant d’annuler une délibération votée en conseil municipal le 14 février dernier. Cette dernière, votée à la majorité, concernait la reconnaissance de la Palestine et définissait cet Etat sur les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale et l’exercice du droit au retour pour les réfugiés, allant dans le sens des résolutions de l’ONU, rapporte Le Parisien dans son édition du 11 avril.

D’après la préfecture, « cette délibération est étrangère à tout intérêt commun , intervient dans le domaine international et ne relève pas de la compétence du conseil municipal ».

Mais le Maire tient tête : « La raison évoquée sur le fait qu’une collectivité n’a pas à s’occuper de politique internationale est une raison ridicule dans la mesure où nous nous occupons des questions internationales à travers nos différents jumelages avec la Palestine mais aussi le Maroc, la Hongrie, le Portugal », répond Dominique Lesparre.

L’édile précise qu’il est « hors de question » de retirer cette délibération et accepte le risque d’aller jusqu’au tribunal administratif. « Passer au tribunal administratif nous donnera l’occasion de montrer que ces décisions de l’Etat ne concernent que la Palestine », ajoute-t-il. Sur son blog, il s’était notamment insurgé du fait que Faire citoyens d’honneur Íngrid Betancourt, Aung San Suu Kyi ou bien encore le soldat israélien Gilad Shalit, comme a pu le faire la mairie de Paris, ne serait pas empiéter sur les attributions de l’État alors que prendre position en faveur de la Palestine et de la Paix le serait ! ».



Bezons (Val-d’Oise), le 30 novembre 2017. Fadwa et Arab Barghouti, respectivement épouse et fils de Marwan Barghouti, député et leader palestinien, emprisonné en Israël depuis 2004, aux côtés du maire (PC) Dominique Lesparre, de Raymond Ayivi, conseiller municipal en charge de la solidarité internationale et Christian Leduey, président de l’association Bezons West-Bani Zaïd. Ville de Bezons

« Je trouve que c’est une juste cause »

A Bezons, l’engagement de la municipalité pour la cause palestinienne ne choque pas les habitants, au contraire. « Je trouve que c’est une juste cause », annonce d’emblée Christophe, habitant de la ville depuis les années 1980.

« Tout le monde est pour la Palestine mais personne n’ose le dire haut et fort, c’est bien que la ville se prononce ». Malika, Bezonnaise depuis sa naissance, est du même avis : « Ce que subit le peuple palestinien depuis si longtemps, ce n’est pas normal ». La jeune femme a d’ailleurs fait un don à l’association West Bani Zaïd lors de son dernier banquet de solidarité. « Ce n’est pas religieux, ce n’est pas contre la laïcité, je ne vois pas pourquoi cela pose problème à l’Etat et d’autant plus que beaucoup de pays ont déjà reconnu l’Etat palestinien, je ne vois pas ce que l’on attend ».

Laïla aussi est allée pour la première fois au banquet : « c’est bien comme démarche, plus jeune j’étais de toutes les manifestations pour soutenir les Palestiniens", sourit-elle.

http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/bezons-le-vote-reconnaissant-l-etat-palestinien-ne-passe-pas-11-04-2018-7658913.php

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 9440