Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
20 mai 2018

Les amis antisémites de Netanyahou et de Trump

Jean-Pierre Filiu relève dans son blog sur Le Monde, que Netanyahou a déroulé le tapis rouge à des antisémites américains notoires, à l’occasion du transfert de l’ambassade étatsunienne à Jérusalem. Ce qui montre toute l’hypocrisie de la "lutte contre l’antisémitisme" dans nos différents pays. Pour Israël, on peut être antisémite, à condition d’être sioniste, c’est à dire d’approuver les crimes israéliens contre les Palestiniens.

"Les amis antisémites de Trump à Jérusalem

Les deux prêcheurs américains qui ont « béni » le transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem ont un lourd passé de déclarations antisémites.


John Hagee, militant du « sionisme chrétien »

Donald Trump était représenté par sa fille Ivanka et son gendre Jared Kushner, lors de la cérémonie de transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, le 14 mai. Mais ce sont deux de ses très proches alliés dans l’extrême-droite évangéliste, les pasteurs John Hagee et Robert Jeffress, qui ont apporté leur crédit religieux à l’événement. Or l’un comme l’autre ont tenu par le passé des propos de nature antisémite, ce qui n’a pas semblé gêner leur hôte Benyamin Netanyahou, très attentionné à leurs égards.

HAGEE : HITLER, UN « CHASSEUR » ENVOYE PAR DIEU

John Hagee gère depuis 1975, à partir de son église Cornerstone, dans la ville texane de San Antonio, un réseau fondamentaliste fort aujourd’hui de 22.000 fidèles revendiqués. Comme tant d’autres télévangélistes du sud des Etats-Unis, il associe entreprise familiale, conglomérat médiatique et succès éditoriaux pour consolider une base aux valeurs aussi intransigeantes qu’intolérantes. Conformément au credo des « sionistes chrétiens », bien plus engagés en faveur du Likoud israélien que les Juifs américains eux-mêmes, il milite en faveur du « retour » des Juifs en Israël, car il y voit l’accomplissement des prophéties divines. C’est dans cet esprit qu’il a fondé en 2006 Christians United for Israel (Chrétiens unis pour Israël), devenue l’organisation-phare des « sionistes chrétiens », alignés en Israël comme aux Etats-Unis sur la droite la plus dure, et donc favorables à la colonisation des territoires palestiniens occupés, à commencer par Jérusalem-Est.

Hagee a prononcé, le 14 mai, la bénédiction du nouveau siège de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem. Il a à cette occasion été particulièrement choyé par le rayonnant Premier ministre Nétanyahou. Hagee a pourtant prétendu à au moins deux reprises par le passé qu’Adolph Hitler était en partie d’origine juive. Il avait même considéré dans un sermon que le chef nazi était l’instrument d’un dessein supérieur, dès lors que la Shoah avait poussé les Juifs à se rassembler en Israël : « Dieu a dit dans Jérémie, 16 : Voyez, je renverrai le peuple juif sur la terre que j’ai donnée à ses pères. Voyez, j’enverrai de nombreux pêcheurs et j’enverrai de nombreux chasseurs. Et alors les chasseurs les chasseront. Ainsi adviendra-t-il aux Juifs. Et Dieu a envoyé un chasseur. Un chasseur vient avec une arme pour vous contraindre. Hitler était un chasseur ». Un sermon aussi sulfureux avait créé la polémique au cours de la campagne présidentielle de 2008 où Hagee avait apporté son soutien, contre Obama, au républicain McCain, obligeant celui-ci à se désolidariser publiquement du télévangéliste.

JEFFRESS : « NUL JUIF NE PEUT ETRE SAUVE »

Robert Jeffress a ouvert par ses prières, le 14 mai à Jérusalem, la cérémonie de transfert de l’ambassade. Il avait déjà, en janvier 2017, prononcé le sermon de la messe marquant à Washington l’entrée de Donald Trump à la Maison blanche. Il contrôle depuis son fief baptiste de Dallas, dans le Texas, une communauté de 13.000 fidèles, un peu moins nombreuse que celle du pasteur Hagee. Son empire médiatique est en revanche encore plus important que celui de son collègue, du fait de son programme radio-télévisé Pathway to victory (Chemin vers la victoire), retransmis en direct par un millier de stations partenaires, ainsi qu’à l’étranger. Jeffress a déclaré en 2010 qu’on « ne peut être sauvé en étant juif. Savez-vous d’ailleurs qui a dit cela ? Les trois plus grands Juifs du Nouveau Testament : Pierre, Paul et Jésus-Christ ». Il avait déjà affirmé deux ans plus tôt que la foi dans le judaïsme menait tout droit « en enfer », tout comme d’ailleurs la foi en l’Islam ou dans l’hindouisme.

De telles outrances n’ont pas empêché Nétanyahou d’être aussi prévenant envers Jeffress qu’envers Hagee. Il est vrai que le Premier ministre israélien n’hésite plus à afficher sa complaisance envers l’extrême-droite américaine depuis l’élection de Trump. Il avait ainsi tardé trois longs jours, en août 2017, avant de se dire « scandalisé » par le rassemblement néo-nazi de Charlottesville, en Virginie, au cours duquel une contre-manifestante avait trouvé la mort. Une réaction aussi peu spontanée avait suscité l’émoi au sein de la communauté juive des Etats-Unis, très inquiète de la montée en puissance des suprémacistes blancs. Il est désormais clair que Netanyahou apprécie trop le soutien inconditionnel d’éminents « sionistes chrétiens » pour leur tenir longtemps rigueur de leurs déclarations antisémites."

Source : http://filiu.blog.lemonde.fr/2018/05/20/les-amis-antisemites-de-trump-a-jerusalem/

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 9300