Accueil > Actualités

Obéissant à Israël, le parlement allemand risque de renforcer l’antisémitisme

samedi 18 mai 2019

Après un grand meeting réunissant en Allemagne politiciens israéliens et allemands, Netanyahou a obtenu des parlementaires allemands qu’ils votent une motion condamnant la campagne BDS comme étant antisémite.


La résolution présentée par l’extrême-droite allemande, a été votée vendredi par le parlement allemand qui demande au gouvernement de ne plus accorder de subventions aux associations soutenant l’appel au boycott, désinvestissement et sanctions contre Israel, lancé par les Palestiniens, tant que durent l’occupation et la colonisation.

Le slogan "N’achetez pas" a été assimilé à celui des Nazis qui recommandaient : "N’achetez pas aux Juifs" !!

Malgré une contre-résolution présentée par une cinquantaine d’universitaires juifs et Israéliens démontrant l’énormité d’un tel amalgame, "et tout le mal qu’il peut faire à la lutte pour l’égalité des droits, ainsi qu’à la lutte contre la judéophobie", la plupart des autres partis, y compris "de gauche" ont suivi l’extrême-droite.

"Il faut dire, explique l’économiste israélien Shir Hever, que le sentiment de culpabilité éprouvé par les Allemands concernant le génocide des Juifs les amène à accepter tout ce qui peut leur paraître comme un dédommagement, y compris toutes les formes d’instrumentalisation de ce sentiment par Israël".

"Ce n’est pas la première fois, souligne-t-il, que l’Allemagne, au lieu de manifester ses torts envers les Juifs, tente de se faire pardonner par l’Etat d’Israël. Adenaueravait déjà porté un coup aux rescapés juifs en acceptant de ne pas leur verser individuellement de dédommagement, mais en les versant à l’Etat d’israel, qui réclama d’ailleurs ces compensations sous forme de livraisons d’armes".

Bien que la motion soutenue aussi bien par la CDU d’Angela Merkel’s, que par les sociaux-démocrates du SPD et du FDP, n’ait pas de caractère contraignant, fait remarquer Haaretz, elle va à l’encontre de la liberté d’expression comme ont souligné certains députés allemands.

Netanyahou, tout comme l’ambassadeur d’Israel en Allemagne Jeremy Issacharoff se sont en revanche félicité de cette victoire, en déclarant qu’ils espéraient qu’elle "allait permettre des avancées dans ce sens dans d’autres pays."

Mais en Allemagne comme en Israël, des voix critiques se font entendre.

La députée israélienne du Meretz, Michal Rozin, a ainsi déclaré que ces dispositions sont ""perturbantes et destructives concernant les possibilités de paix sur le terrain, dans la mesure où elles semblent cautionner la colonisation israélienne, et encourage la volonté d’annexion qui est autrement plus préoccupante que les appels au boycott d’israel ".

"Nous avons besoin que la communauté internationale intervienne pour arrêter cette tendance à légitimer l’extrême-droite, a-t-elle ajouté. Comment un groupe allemand ou bien une ONG qui font campagne contre des produits des colonies peuvent-ils être taxés d’antisémitisme ? ".

Quant à l’Israélien Ilan Baruch, ex-ambassadeur d’israel en Afrique du Sud, il a écrit : "Même si l’Allemagne est imprégnée de sentiment de culpabilité, ce n’est pas une raison pour assimiler le mouvement BDS à de l’antisémitisme. Il n’y a aucune base morale pour cela".

"Il y a au demeurant des antisémites notoires qui sont des amis de Netanyahou et de son gouvernement, comme le premier ministre hongrois Viktor Orban, et il y a des Juifs qui soutiennent la campagne BDS, ce qui devrait vous faire réfléchir et ne pas confondre anti-juifs et anti-Israel", souligne-t-il.

Sources : https://therealnews.com/stories/german-parliament-criminalizes-boycott-divestment-and-sanctions-movement

et Haaretz Weekly

CAPJPO-EuroPalestine

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0