Accueil > Actualités

Palestine : Omar Hajajleh et sa famille prisonniers dans leur propre maison

lundi 27 mai 2019

Depuis plusieurs jours l’armée d’occupation israélienne consigne à résidence une famille de Al Walaja, village qui se trouve à 4 km de Béthléem, et que la construction du mur "de séparation" a annexé, créant une situation totalement kafkaienne..


Habitants de Al-Walaja dénonçant l’enfermement de la famille Hajajla

Cette famille palestinienne ayant refusé de quitter sa maison après la construction du mur, elle s’est retrouvée "en Israël", et isolée du reste du village.

« En 2010, ils sont venus me voir afin de me dire qu’ils allaient construire un mur, et que je ne me trouvais pas du côté palestinien de son tracé. Ils m’ont dit que c’était un gros problème pour tout le monde, raconte Omar, le père de famille »

« Ils m’ont d’abord proposé de me racheter ma maison. Ensuite, ils m’ont proposé de louer mon terrain et ma maison pour 99 ans. Devant mon refus, ils ont insisté pour que je devienne leur partenaire pour la création de maisons et d’hôtels, ici même. Enfin, ils m’ont soumis l’idée d’un échange contre une autre terre en zone A ou B, en me proposant le double de la valeur de mon bien. J’ai tout refusé »,

Du coup les propriétaires de cette maison construite avant 1948, ont été victimes de toutes sortes d’agressions physiques, et de tentatives de sabotage de leur bien.

Finalement, après une campagne internationale de soutien à cette famille, l’armée israélienne a décidé de creuser un tunnel sous le mur, avec une porte renforcée au bout, pour permettre à la famille de se déplacer.


Mais avec des conditions draconiennes :
« Personne n’a le droit de venir chez moi, ni de me rendre visite, sans autorisation préalable de l’armée. Ils ne peuvent pas entrer au-delà de 22 H, et n’ont pas le droit d’apporter quoi que que ce soit en empruntant ce tunnel."

Et surtout la famille n’a reçu qu’une seule télécommande pour ouvrir cette porte à l’autre bout du tunnel, ce qui fait que toute la famille pouvait se trouvait coincée à l’intérieur de la maison si l’un d’entre eux, partant de bonne heure le matin, emportait la télécommande avec lui.

Pour résoudre ce problème, le père, Omar Hajajla, a installé une sonnerie près de la grille d’entrée, afin que les enfants rentrant de l’école n’aient qu’à sonner pour que leur mère leur ouvre la porte à distance.

Que n’avait-il pas fait là !
Quand l’armée d’occupation a découvert cette sonnette il y a une semaine, elle a arrêté Omar pour lui faire subir un interrogatoire de plusieurs heures, à la suite duquel elle a installé une nouvelle serrure sur la porte, condamnant complètement son ouverture, en guise de punition !

C’est ainsi que la famille est prisonnière dans sa maison depuis plusieurs jours et que des amis, viennent camper et couper le jeûne devant la porte, en solidarité !

Source :Agence palestinienne et Haaretz

CAPJPO-EuroPalestine

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0