Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
4 janvier 2009

Quand le grand rabbin incite à la haine raciale

Le « grand » rabbin de France, Gilles Bernheim, s’est surpassé, dimanche, lors d’un rassemblement de soutien aux crimes de l’armée israélienne devant l’ambassade israélienne à Paris.

Comme si les représentants politiques du sionisme en France, type CRIF, ne suffisaient pas pour exciter leurs sympathisants à la haine raciale, Bernheim a tenu, par sa présence, à y ajouter une dimension religieuse, en prenant officiellement la parole devant les manifestants.

D’abord en se vautrant dans l’obscénité, lorsqu’il dit que sa « première pensée », s’agissant de Gaza, « va au soldat Gilat Shalit, dont le quotidien est difficile à imaginer » !

Bernheim n’a évidemment pas eu une parole pour les centaines de Palestiniens, hommes, femmes et enfants, massacrés par l’armée juive, puisqu’il s’en félicite. Et il n’y a eu personne non plus, dans l’assistance, pour lui faire observer que si la situation de Gilat Shalit, prisonnier de la résistance palestinienne à Gaza depuis 2006, a peut-être empiré ces derniers jours, c’est du fait de l’agression elle-même (des médias israéliens ont avancé des rumeurs selon lesquelles Shalit aurait été blessé dans un bombardement israélien.

Mais là où Bernheim dépasse, en ignominie, les rabbins de l’armée israélienne elle-même, c’est quand il dit qu’il « est fondamental qu’en France, les relations entre Juifs et Musulmans restent des relations de qualité et de confiance ».

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 250