Accueil > Actualités

Escalade militaire entre les forces libanaises et Israel

dimanche 1er septembre 2019

Le Hezbollah annonce ce dimanche la destruction d’un tank israélien qui aurait causé la mort et des blessés parmi les militaires à l’intérieur, tandis qu’Israel revendique le lancement de missiles sur deux villes à la frontière du Liban.


Alors qu’Israël est récemment passé à l’offensive en envoyant deux drones dans la banlieue sud de Beyrouth, et notamment dans les locaux du média du Hezbollah, ce dernier a répondu à ses provocations.

Plusieurs missiles anti-tank ont été lancés en direction de la ville frontalière israélienne d’Avivim depuis le sud Liban. Une base militaire était visée, rapporte l’AFP.

D’après le Hezbollah, l’opération a été un succès, atteignant diverses cibles et notamment un char dont les occupants auraient été tués ou blessés.

Israël a alors répliqué par des bombardements sur les villes libanaises frontalières de Yaroun et Maroun al-ras, sans qu’aucun dommage ne soit pour l’heure connu.

C’est la première fois depuis la guerre de 2006 que le Hezbollah revendique une attaque en territoire israélien. Le mouvement de résistance libanais tient Israël pour responsable de la mort de deux de ses membres en Syrie, où l’organisation est engagée sur le terrain.

L’armée israélienne a également provoqué un feu de forêt à l’aide d’un drone, peu de temps avant les récents incidents.

L’armée libanaise a elle aussi paré une attaque de drone israélien, obligeant l’appareil a rebrousser chemin et sortir de l’espace aérien libanais.

Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah, a prononcé un discours peu après l’attaque visant le mouvement de résistance, disant qu’Israël devrait payer le prix de ses actions. Avant même ce discours salué par le peuple libanais, Israël avait déjà commencé à masser ses troupes à la frontière libanaise.

Et ce samedi l’agence de presse libanaise annonçait que l’armée israélienne aurait lancé des bombes éclairantes sur le pays.

Le premier ministre libanais Saad Hariri indique avoir contacté le secrétaire d’Etat américain et le ministère français des affaires étrangères, pour leur demander d’intervenir, précise Reuters.

La FINUL appelle à une politique d’apaisement de part et d’autre de la frontière, rapporte al-Jazeera..

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Sources : agences de presse et Al Jazeera

CAPJPO-EuroPalestine

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0