CAPJPO - EuroPalestine

Olivia Zémor expulsée par Israël : Anticolonialistes palestiniens, israéliens et internationaux mobilisés ensemble

-* (English translation below)
mercredi 22 décembre 2010
Enregistrer au format PDF   Version imprimable de cet article Version imprimable      
 

Je viens de rentrer en France ce mercredi après-midi 22 décembre après avoir été expulsée par le gouvernement israélien en pleine nuit, après 30 heures d’interrogatoire, de détention et de tentatives de m’embarquer de force dans des avions, avant que j’aie pu rencontrer une avocate et prévenir le Consulat de France. Merci à tous ceux qui s’en sont indignés.

Chères amies, Chers amis,

Je remercie toutes celles et tous ceux qui se sont inquiétés de mon arrestation à l’aéroport Ben Gourion, de ma détention dans une cellule du centre de rétention des services de l’immigration, et de mon expulsion manu militari par un Etat qui se dit démocratique, mais ne peut supporter la moindre contestation de sa politique.

Arrivée à 3 H du matin à l’aéroport Ben Gourion le mardi 21, près de 24 H après mon départ de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, en raison des retards de vol, et escales supplémentaires liés aux perturbations actuelles dans les aéroports de nord de l’Europe, je suis mise a l’écart après un questionnement de quelques minutes au contrôle de sécurité.

  • Où allez vous ? A Jérusalem.
  • Pour combien de temps ? Huit jours.
  • Pour quoi faire ? Rencontrer des amis.
  • Prénom de votre père ? Moïse.
  • De votre grand-père ? Elie.

Le jeune officier de police me regarde à peine. Il pianote quelques instants sur un ordinateur, et appelle un autre fonctionnaire de l’aéroport qui me conduit à l’écart.

On me dit d’attendre dans une salle où sont assis plusieurs jeunes Français, qui vont subir des heures d’interrogatoire et être contraints, pour passer, de signer un papier par lequel ils s’engagent à ne pas mettre les pieds dans les Territoires palestiniens occupés, sous peine d’être expulsés, de se voir interdire l’entrée dans le pays pendant 10 ans et de se voir infliger une peine de 2 ans de prison en Israël !

Ils sont interrogés, puis renvoyés attendre dans la salle, puis rappelés, et ainsi de suite. Le va et vient dure depuis 7 H pour certains.

Pour ma part, il va durer deux heures, pendant lesquelles je retrouve toutes les 20 minutes un jeune fonctionnaire qui s’intéresse à mes activités en France et a de toute évidence eu le temps de consulter ce qui est à la disposition de tous sur google. Je lui dis que je milite effectivement pour la fin de l’occupation israélienne, pour les droits légitimes du peuple palestinien et le respect du droit international. Il me dit être progressiste et partager mes idées, mais être très minoritaire dans son pays où, me dit-il, « je ne peux malheureusement pas faire ce que je veux. Il n’y a aucun parti qui défende mes idées ». Son progressisme ne l’empêche pas de se concerter avec ses supérieurs du ministère de l’Intérieur et de m’introduire finalement auprès d’une femme qui me déclare que je vais être refoulée : « Entry denied ». Je demande alors pour quelle raison ? « Security Threat » : « menace pour notre sécurité ». Je lui fait alors remarquer qu’elle sait parfaitement que je suis pacifiste et que je ne mets en rien en danger la sécurité de qui que ce soit. Mes quelques affaires ont été passées au peigne fin par tous leurs engins électroniques. J’ai moi même été fouillée sans qu’aucun objet suspect soit trouvé.

  • « Oui, mais vous organisez des manifestations en France », me rétorque-t-elle !
  • « Oui, et alors ? Je défends des idées de paix et de justice. En quoi ce que je fais en France vous regarde ? »

Fin de la discussion. On ne discute pas les ordres du ministère de l’intérieur, conclut-elle.

Retour dans la salle d’attente ou de nouveaux « suspects » de sympathie pour les Palestiniens, (des Français et un Italien) sont mis sur le gril, en pleine nuit, après un voyage épuisant. L’objectif est de toute évidence de les effrayer et de les dégoûter suffisamment pour les dissuader de revenir.

Une fourgonnette de la police m’embarque ensuite vers le centre de rétention qui se trouve dans la zone aéroportuaire. On me confisque toutes mes affaires personnelles, en dehors de mon argent qu’on me demande de garder auprès de moi. On m’interdit de prendre mon téléphone portable, et d’appeler qui que ce soit pour prévenir de ma situation.

Dans un cellule à 4 lits superposés, un seul est occupé par une étudiante roumaine qui va être expulsée parce qu’elle n’a pas obtenu de visa pour venir voir sa mère qui travaille en Israël.

A 10 H, on vient me chercher pour un embarquement express. Je refuse, je demande à pouvoir recevoir auparavant la visite d’un avocat. On me saisit de force, on me passe les menottes et je suis embarquée sur les pistes d’atterrissage. Pieds nus parce que j’ai refusé de me chausser, portée par 4 policiers, j’arrive en haut de la passerelle d’un avion de Turkish Airlines près pour les décollage, où les passagers sont déjà installés. Je crie que je refuse de monter dans cet avion, je me débats. L’equipage refuse de m’embarquer de force. Retour au centre de rétention.

Les policiers sont un peu déroutés. Je ne suis pas une « cliente classique ». L’un d’entre eux essaie de comprendre mes motivations et surtout de me convaincre que lui aussi veut la paix, mais pas les Palestiniens, qui sont des terroristes et qu’Israel est obligé de se défendre. Et tous ceux qui l’en empêchent constituent un danger pour leur sécurité. « Avec vos origines juives vous devriez comprendre cela », me dit-il. Je lui réponds que c’est la politique israélienne qui constitue un danger pour le monde entier, y compris les juifs, en développant le terrorisme et l’antisémitisme. Un : « De toutes façons, vous n’avez pas le droit de juger si vous ne vivez pas ici », clôt la discussion. Je lui réponds néanmoins que j’ai des amis israéliens qui pensent la même chose que moi.

Cette fois-ci, je suis placée dans une cellule seule. Pas question que je contamine d’autres personnes avec mes refus d’embarquer. Alertée, Leah Tsemel me rend visite et me fait un état des lieux. Elle est scandalisée : « Maintenant l’Etat de tous les juifs se met à faire le tri entre les juifs kasher et les pas kasher. De quel droit ? ». Saisir les tribunaux ? C’est possible, mais il faudrait que je reste 3 ou 4 mois ici pour attendre un jugement qui peut être négatif. Sa confiance dans la justice israélienne n’est pas illimitée. Et pour ne pas rester en détention pendant tout ce temps, il faudra réunir une caution d’au minimum 10 000 euros.

J’ai mieux à faire.

Le Vice-Consul de France, alerté par des amis, vient également me rendre visite. Il déplore la situation et me dit que le gouvernement français n’a pas réussi jusqu’ici à empêcher ces pratiques d’expulsion de ressortissants français qui n’ont commis aucun délit. Il trouve cela regrettable. Il exige de mes gardiens, avant de partir qu’il me laissent prendre un livre et des médicaments dans mes affaires confisquées.

Retour en cellule. On m’apporte un repas sous plastique, auquel je ne touche pas davantage que les précédents. Je ne mangerai pas avant d’être libre.

Plusieurs fois dans la nuit, les policiers font irruption bruyamment dans ma cellule pour me crier que je vais devoir embarquer dans un prochain avion, et que si je me débats et refuse une nouvelle fois, ils me feront escorter pendant le voyage par deux policiers, ce qui est la procédure « normale » dans les cas de refus d’embarquer. Finalement à 6 H 30 j’embarque pour Istambul dans un avion de Turkish Airlines où l’équipage, fort sympathique, me promet de me trouver ensuite un vol pour la France. Ce qui est fait malgré la demande israélienne de m’envoyer d’abord sur Munich, sous prétexte qu’à l’aller j’ai fait une escale dans cet aéroport.

Je voyage avec la satisfaction de savoir qu’à Jérusalem, les rencontres programmées avec les militants anti-colonialistes palestiniens, israéliens et internationaux, se déroulent en présence de plus 70 Français qui sont allés témoigner leur attachement au droit et à la justice.

Et je suis émue d’apprendre en revenant en France, que malgré la période de vacances et de fêtes, autant d’associations et de personnes se sont inquiétées de cet enlèvement, et ont demandé des explications. Je les en remercie de tout coeur.

Olivia Zémor

CAPJPO-EuroPalestine

  • ********************

ENGLISH TRANSLATION BY CHANTAL

OLIVIA ZÉMOR EXPELLED BY ISRAEL : PALESTINIAN, ISRAELI AND INTERNATIONAL ANTICOLONIALISTS MOBILIZED TOGETHER

I have just come back to France this Wednesday afternoon 22 December after being expelled in the middle of the night by the Israeli government, after being interrogated for 30 hours, detained and an attempt to forcefully ship me into planes, before I was able to meet with a female lawyer and warn the French Consulate. Thank you to all those who were outraged about it.

Dear friends,

I thank all those who were worried about my arrest at Ben Gurion airport, my detention in a cell of the retention centre of the immigration services and my expulsion manu militari by a state which calls itself democratic but cannot bear the least criticism of its policies.

After arriving at 3 a.m. at Ben Gurion airport on Tuesday 21, nearly 24 hours after I left Roissy-Charles de Gaulle, because of flights delays, and extra stops related to the present disruptions in the Northern European airports, I am taken aside after being questioned for a few minutes at security control.

  • Where are you going ? To Jerusalem.
  • For how long ? A week.
  • What for ? Meet friends.
  • Father’s first name ? Moïse.
  • Your grandfather’s ? Elie.

The young police officer hardly looks at me. He taps away at his computer and call another airport official who takes me aside.

I am told to wait in a room where several young Frenchmen are sitting ; they are going to be interrogated for hours and to pass through, forced to sign a paper on which they promise not to set foot in the occupied Palestinian Territories, for fear of being expelled, to be prevented for 10 years from entering the country and to be given a two year prison sentence in Israel !

They are interrogated then sent back to wait in the room, then called back and so on. The to and fro has been going on for some of them.

As for me, it will last 2 hours, during which I keep meeting a young official who is interested in my activities in France and who has obviously had time to see what everyone can get from Google. I tell him that, indeed, I campaign for the end of the Israeli occupation, for the legitimate rights of the Palestinian people and the respect of international law. He tells me that he is progressive and shares my ideas, but in the minority in his country where, he says, “unfortunately, I cannot do what I want. No party will defend my ideas”.

His « liberalism » does not prevent him from consulting his superiors at the Home Office and presenting me finally to a woman who informs me that I am going to be turned back : “Entry denied”. I ask then for which reason. “Security threat”. I then bring to her attention to the fact that she knows perfectly well that I am a pacifist and that I do not endanger at all anyone’s security. My few belongings are carefully examined by every electronic gadget in their possession. I was actually searched without any suspicious object being found.

  • Yes but you organize demonstrations in France, she answers back !
  • Yes, and so what ? I defend ideas of peace and justice. In which way do my activities in France have anything to do with you ?

End of discussion. Nobody discusses the orders from the Home Office, she concludes.

Return to the waiting room where new people who are “suspected” of sympathy for the Palestinians (some Frenchmen and an Italian) are being grilled, in the middle of the night, after an exhausting journey. The aim is obviously to frighten them and to put them off enough to dissuade them from coming back.

A police van ships me away to the retention centre situated within the airport. They confiscate all my personal belongings, apart from my money which they ask me to keep with me. I am forbidden to take my mobile, or call anyone to tell about my situation.

In the cell with 4 bunk beds, one only is occupied by a Romanian student who is going to be expelled because she has not obtained a visa to go and see her mother who works in Israel.

At 10, I am taken out for an immediate boarding. I refuse, asking to first see a lawyer. I am seized by force, I am handcuffed and I am driven to the landing runways. Barefoot as I refused to put my shoes on, carried by 4 policemen, I arrive at the top of the gangway of a Turkish Airline plane ready to take off, where the passengers are already seated. I scream that I refuse to get into that plane, I struggle. The crew refuses to force me to board the plane. Return to the retention centre.

The policemen are somewhat disconcerted. I am not an “ordinary customer”. One of them tries to understand my motivations and above all to convince me that he too wants peace, unlike the Palestinians who are terrorists, and that Israel has to defend itself. And all those who prevent it are in effect a danger for their security. “With your Jewish roots, you should understand this”, he tells me. I answer him that it is Israeli policies that constitute a danger for the whole world, including Jews, through developing terrorism and anti-Semitism. One “In any case, you have no right to be the judge, if you do not live here” ends the discussion. Nevertheless I answer back that I have Israeli friends who think like me.

I am now placed in solitary confinement. In no way must I contaminate other people with my refusal to board a plane. Alerted, Leah Tsemel pays me a visit and tells me about the situation. She is scandalized : “Now the state of all the Jewish people starts separating the Kosher Jews from the non-Kosher. From whose authority ?”. Instigate legal proceedings ? It is possible to go to court, but I would have to stay here 3 or 4 months to wait for a judgement which could be negative. Her confidence in Israeli justice has its limits. Also, not to stay in detention all the while, a bail of at least 10,000 euros would have to be gathered.

I have better things to do.

The French Vice-Consul, warned by my friends, also comes to visit me. He is deeply concerned about the situation and tells me that the French government has not managed so far to stop the practice to expel French nationals who have committed no offence. He finds this regrettable. He demands that my guards, before I leave, let me take a book and some medicine from my confiscated belongings.

Back to my cell. They bring me a meal in in plastic box, which I do not touch – like those before it. I shall not eat before I am free. Several times during the night, the policemen dash into my cell to shout that I am to board the next plane, and that, if I struggle and refuse a second time, they will see to it that I am escorted by two policemen, which is “normal” procedure if the person refuses to board a plane. In the end, I board a plane for Istanbul in a Turkish airline plane where the very kind crew promise me to find me a flight for France, which is what they do, although the Israeli wanted to send me to Munich first, just because I had stopped in that airport.

I am travelling, satisfied to know that in Jerusalem, the meetings organized with the Palestinian, Israeli and international anti colonialist campaigners, are taking place with more than 70 French men and women who came to express their attachment to human rights and justice.

I am also very touched to learn, on my return to France, that, in spite of the holiday and festive season, so many associations and people worried about this kidnapping, and asked for explanations. I thank them with all my heart.

Olivia Zémor

CAPJPO-EuroPalestine


Accueil du site |

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Français  Suivre la vie du site Archives actualités   ?

Site réalisé avec SPIP + AHUNTSIC

Creative Commons License