Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
8 novembre 2011

Le détournement VIOLENT ET DANGEREUX de la flotille "Vagues de la Liberté" par Israël.

Contrairement aux affirmations israéliennes prétendant que leur acte de piraterie dans les eaux internationales s’est déroulé le plus paisiblement du monde, les passagers des bateaux irlandais et canadien emmenés de force à Ashdod, donnent une autre version des faits.

Le détournement VIOLENT ET DANGEREUX de la flotille Vagues de la Liberté par Israël.

Dublin (Saeeb Press) – Le Dr Fintan Lane, coordinateur du Navire Irlandais pour Gaza, a pu donner un coup de téléphone, samedi 6 novembre après-midi, depuis la prison israélienne où lui-même et 13 autres ressortissants irlandais sont détenus.

« Le détournement du navire Saoirse a été violent et dangereux. En dépit de protestations très claires des occupants des deux bateaux, disant qu’ils ne voulaient pas être emmenés en Israël, ils ont été extirpés des bateaux d’une manière violente. L’ensemble de l’opération a duré environ trois heures. Elle a débuté par la projection sur les embarcations de jets d’eau à forte pression et le braquage de fusils vers les passagers à travers les fenêtres.

La force des jets d’eau m’a précipité en bas des escaliers du bateau. Des fenêtres ont été fracassées et il s’en est fallu de peu que le pont du navire prenne feu. Les embarcations ont été rapprochées de telle sorte que les deux bateaux, le Saoirse et le Tahir, sont entrés en collision et endommagés, en particulier le Saoirse. Ils ont failli couler.

Ce type de détournement mettait en péril les vies humaines. Initialement, les forces israéliennes prévoyaient de laisser les bateaux en mer, mais, craignant de s’égarer et peut-être de se noyer, les passagers kidnappés ont demandé à ne pas être laissés à dériver sur l’eau. Tous les effets personnels des passagers et de l’équipage leur ont été enlevés, et ils ignorent toujours ce qui, éventuellement, leur en sera restitué. Les 14 ressortissants irlandais restent incarcérés à la prison de Givon ».

L’appel téléphonique, donné dans la précipitation, s’est terminé abruptement quand Fintan a dit ; « Il faut que je m’en aille ». Claudia Saba, porte-parole du Navire Irlandais pour Gaza, destinataire de cet appel, a déclaré : « Le récit de Fintan Lane est en contradiction flagrante avec la version israélienne selon laquelle Israël ̎ a pris toutes les précautions requises pour assurer la sécurité des militants qui étaient à bord des bateaux ̎. C’est en fait un petit miracle que personne n’ait été gravement blessé au cours de cet accostage manifestement violent des navires Vagues de la Liberté.

Laurence Davis, autre porte-parole, a ajouté : « Ce rapport confirme notre crainte quant à la forte violence du détournement, et il explique le laps de temps durant lequel nous avons perdu contact avec les bateaux à partir du mercredi à 11 heures 12 du matin (heure irlandaise) jusqu’à la nouvelle de l’arrivée des passagers à Ashdod, pas avant 5 heures de l’après-midi.

Dans une interview donnée au site www.Omniatv.com, le capitaine grec du Tahrir, Giorgos Klontzas, a confirmé que des soldats israéliens lui ont infligé des violences durant son interrogatoire.

Le dernier contact que Aide à la Palestine ait eu de son délégué Trevor Hogan (sur le Saoirse) est ce texto reçu le 3 novembre à 10 heures 08 du soir (heure palestinienne) : « Sommes kidnappés, retenus contre notre gré par l’armée israélienne dans les eaux internationales. Bateau presque détruit. Nécessité que le gouvernement intervienne pour libération immédiate ». Quelques instants plus tard, Trevor a appelé son amie en lui disant : « Est-ce que tu as reçu le texto ? Diffuse-le ». Puis le téléphone s’est tu.

Majd Kayal, délégué à bord du bateau canadien pour Gaza qui a été capturé, et récemment libéré de la prison de Givon, confirme que le « pacifique » détournement du Tahrir par les forces israéliennes a été tout sauf paisible.

Une vidéo israélienne montre distinctement les militaires en train de tirer au canon à eau sur le Tahrir, sur une mer agitée, mettant en péril la vie de ceux qui étaient à bord. Des délégués opposant la non-violence au détournement d’un navire civil dans les eaux internationales ont été menacés puis frappés par les soldats. Un des délégués, âgé de 45 ans, David Heap, professeur à l’université de l’Ontario occidental, a été battu de façon particulièrement sévère. Les responsables de la prison israélienne persistent à empêcher la famille de Heap de le contacter par téléphone.

« En tant que Palestinien, je n’ai pas été surpris de la manière dont l’armée israélienne nous a traités », a déclaré Kayak après sa libération, faisant valoir que cette forme de maltraitance est une réalité quotidienne pour le million et demi d’habitants de Gaza, indéfiniment captifs d’une prison en plein air. « Par contre, pour les Canadiens et les autres occidentaux qui étaient à bord, cela a été un choc absolu ».

De grâce, aidez-nous à poursuivre notre œuvre.

www.freepalestinemovement.org

(Traduit de l’anglais par Anne-Marie PERRIN pour CAPJPO-EuroPalestine)

COMMUNIQUÉ

Le député européen détenu illégalement accuse Israël de mauvais traitement et de tactiques sournoises.

2011-11-07 - Le président du groupe GUE/NGL Lothar Bisky a demandé à plusieurs reprises à Israël la libération sans conditions des activistes de la flottille de la liberté pour Gaza dont fait partie le député européen irlandais Paul Murphy.

« Nous exigeons la libération immédiate des passagers de la flottille et de Paul Murphy » a déclaré Bisky en critiquant les actions d’Israël et en saluant les « efforts de ces militants dans leur mission humanitaire et pour attirer l’attention sur les souffrances du peuple de Gaza ».

S’exprimant par téléphone depuis la prison de Givon en Israël, dans laquelle les activistes de la flottille de la liberté pour Gaza sont toujours emprisonnés, Paul Murphy a fait état des mauvais traitements que lui et les autres prisonniers subissent depuis leur emprisonnement vendredi dernier par l’armée israélienne.

« Les autorités ont tenté de nous désorienter en nous empêchant de dormir. Notre droit de contacter nos familles dans les 24 heures suivant notre arrestation conformément à la loi israélienne nous a été refusé ».

La flottille - les bateaux irlandais, le MV Saoirse, et canadien, le Tahrir - a tenté de faire voile depuis la Turquie vers Gaza. Paul Murphy, ainsi que 20 autres activistes dans la prison, refuse de signer un formulaire de déportation qui les accuse d’avoir pénétré illégalement sur le sol israélien.

GUE/NGL Press Contacts :

  • David Lundy +32 485 50 58 12
  • Gay Kavanagh +32 473 84 23 20

European United Left / Nordic Green Left
European Parliamentary Group
www.guengl.eu

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 9130