Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
17 mai 2012

Palestine : les acquis de la résistance populaire

Mazin Qumsyieh : "En ce 64ème anniversaire de la Nakba, nous portons le deuil du nettoyage ethnique qui a débuté en 1948 et qui continue aujourd’hui par des transferts subreptices, des démolitions de maisons, la confiscation de terres, etc. Mais nous célébrons aussi une résilience et une réussite étonnantes du peuple palestinien autochtone, dans des conditions incroyablement défavorables".

style='float:left; width:200px;'>
Militant palestinien et propagandiste de la résistance populaire non violente, Mazin Qumsyieh, basé à Bethléem, nous rappelle qu’il ne faut pas voir le verre uniquement "à moitié vide", quand il est question de la Palestine.

Il énumère les succès enregistrés grâce à cette résistance extraordinaire et multiformes comme vient de le montrer l’action exemplaire de grève de la faim des prisonniers palestiniens.

"Nous venons tout juste de fêter le succès d’une grève de la faim menée par plus de 1 600 prisonniers politiques, en dépit de tentatives pour étouffer cette histoire dans les médias occidentaux sous domination sioniste. Les captifs ont réussi à obtenir une partie de leurs droits fondamentaux, parmi lesquels celui de recevoir des visites de leur famille et qu’il soit mis fin à l’incarcération en isolement.

  • Nous sommes 11,5 millions, et alors que la plupart d’entre nous sommes des personnes réfugiées et déplacées, nous demeurons fermes, pleins d’espoir, et reliés entre nous. Grâce à cette persévérance, et maintenant à internet et aux moyens modernes de communication, même les débiles tentatives pour nous isoler les uns des autres ont échoué. Des milliers de Palestiniens continuent à se rendre à leur capitale Jérusalem sans autorisation israélienne. Des milliers sont en connexion avec les zones occupées depuis 1948, de part et d’autre de la Ligne Verte.
  • Nous continuons à être la population la plus éduquée du Moyen-Orient, avec le taux le plus élevé de diplômés de l’enseignement supérieur. Nous possédons désormais 12 universités en Palestine occupée. Samedi dernier, nous avons tenu à Bethléem le second congrès international de recherche biomédicale, mettant en évidence une activité scientifique qui rivalise avec celle que mènent des pays dotés d’une longue tradition de recherche. Ce qui est miraculeux, compte tenu des conditions qu’impose l’occupation.
  • Nous restons le peuple qui a contribué à développer le monde arabe et même qui lui rappelle son unité et sa destinée commune. Mais plus encore, c’est notre résistance qui a protégé nos frères arabes des plans sionistes initiaux d’un empire s’étendant du Nil à l’Euphrate. Nous restons l’obstacle majeur à la victoire du projet sioniste et raciste.
  • Nous avons une étonnante histoire de 130 années de lutte contre le projet colonial (concocté par les sionistes et leurs appuis occidentaux) qui dans l’histoire a été le mieux financé, le plus organisé et le plus soutenu.
  • Nous avons, dans l’histoire des luttes anticoloniales, les campagnes les plus dynamiques, de boycotts, désinvestissements et sanctions (BDS). En moins de 7 ans, nous avons réalisé beaucoup plus que ce qui a été accompli par BDS en aucun autre endroit (y compris durant 25 années en Afrique du Sud).
  • La Palestine reste le lieu où des gens de religions différentes ont vécu ensemble et sans ségrégation dans le même voisinage, jusqu’à l’arrivée de sionistes européens, qui ont recréé des ghettos pour les Palestiniens (musulmans et chrétiens), et pour les Juifs, un vaste ghetto nommé Israël. Les cloches des églises et l’appel du muezzin à la prière continuent à pénétrer profondément dans nos âmes, en dépit des tentatives sionistes de les réduire au silence (par exemple par le nettoyage ethnique et la destruction de 530 villages et villes).
  • Nous enseignons à nos enfants que le racisme et les notions de peuple élu sont aberrants, et ils grandissent dans la croyance que nous pouvons encore avoir une nouvelle Palestine qui sera comme l’ancienne : multiethnique, multireligieuse, multiculturelle et belle.
  • Les Palestiniens ont inspiré des militants à travers le monde entier. Les sondages révèlent une grande sympathie pour notre cause parmi les gens ordinaires. La Palestine est maintenant une cause célèbre pour ceux qui luttent contre l’oppression. Nelson Mandela lui-même a déclaré que l’Afrique du Sud ne sera pas pleinement libre avant que la Palestine soit libérée. Selon les enquêtes d’opinion, une majorité en Europe occidentale perçoit à juste titre Israël et les USA comme les deux dangers majeurs pour la paix dans le monde. Des milliers d’internationalistes nous ont rejoints localement dans la lutte. Israël en est devenu paranoïaque à l’égard de toute visite de solidarité avec les Palestiniens, mettant du même coup en évidence sa nature d’apartheid raciste.

Nous sommes reconnaissants envers tous ceux qui contribuent à façonner un meilleur avenir pour tous. Je suis sûr à 100% que notre Nakba prendra fin, que les réfugiés reviendront, qu’adviendront la liberté et l’égalité, et que les Israéliens seront eux aussi libérés de leur rôle d’oppresseurs et de colonisateurs, pour s’intégrer dans le tissu d’une nouvelle et meilleure Palestine. Nous pourrons dès lors devenir une « lumière parmi les peuples ».

Mazin Qumsiyeh, PhD

A bedouin in cyberspace, a villager at home

http://qumsiyeh.org

(Traduit de l’anglais par Anne-Marie PERRIN pour CAPJPO-EuroPalestine)

Source : http://popular-resistance.blogspot.com/2012/05/nakba-anniversary-message.html

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8250