Accueil > Actualités

John Dugard demande la destitution de Fatou Bensouda, procureure de la CPI

mercredi 18 décembre 2019

Fatou Bensouda, n’est pas en mesure de juger de manière impartiale les criminels de guerre israéliens, elle est trop compromise, y compris sur le plan personnel, déclare l’éminent juriste sud-africain, John Dugard, qui appelle à la destitution de la procureure générale de la Cour Pénale Internationale.


atou Bensouda [Photo : via Al Jazeera)

Intervenant à une assemblée des Etats membres du Statut de Rome à La Haye, John Dugard a jeté un pavé dans la mare, en exposant le parti-pris israélien de Madame Bensouda, incompatible avec sa fonction.

Et John Dugard n’est pas n’importe qui. Professeur de droit émérite des Universités de Leyde et de Witwatersrand, il a été rapporteur pour la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés, de 2001 à 2008. Il a également été juge à la Cour de Justice Internationale, et il est membre du Conseil du Forum des Droits.

Il a fait valoir qu’il devenait évident que le bureau du Procureur est déterminé à ne pas ouvrir d’enquête concernant les crimes commis par Israël en Palestine contre le peuple palestinien.

"Après 10 ans d’examen préliminaire et des preuves accablantes", il a estimé "étrange", que Mme Bensouda n’ait pas considéré qu’il y a matière à procéder à l’étape suivante, et à ouvrir une enquête.

"Et cela, a-t-il ajouté, malgré l’existence de quatre rapports de missions indépendantes du Conseil des Droits de l’Homme, d’un avis émis par la Cour de Justice Internationale de La Haye, des résolutions du Conseil de Sécurité et de l’Assemblée Générale de l’ONU, des nombreux rapports, d’ONG israéliennes et palestiniennes, des reportages TV et des vidéos attestant de crimes de guerre et crimes contre l’Humanité."

Et la procureure, souligne John Dugard, ne donne dans son dernier rapport aucune explication concernant son inaction face à des crimes de guerre commis tant en Cisjordanie qu’à Gaza.

"Il ne fait aucun doute, poursuit-il, que la colonisation constitue un crime d’apartheid et a donné lieu à des déportations et transferts forcés de milliers de Palestiniens. Des crimes contre l’humanité ont clairement été commis".

Le droit international, y compris les Conventions de Genève, est clair sur ce sujet, insiste-t-il, en rappelant que des colons israéliens juifs sont installés en toute illégalité dans quelque 130 colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

"Ne pas empêcher ces crimes, alors qu’on en a le devoir, c’est s’en rendre complice", déclare John Dugard, qui n’a pas peur de dire que Fatou Bensouda "est guidée par des facteurs politiques qui n’ont pas de relation avec le droit."

"Sa peur d’affronter Israël et les USA a sans doute un rapport avec sa propre biographie et notamment son rôle en tant que ministre de la justice en Gambie sous le règne du dictateur Yahya Jammeh. Une époque de répression et de suppression des droits de l’homme dans laquelle Fatou Bensouda a été impliquée, comme cela a été montré par la Commission Gambienne pour la Vérité , la Réconciliation et les Réparations.

Et ces faits sont inconciliables avec le maintien de Fatou Bensouda à son poste actuel. La CPI ne peut être dirigée par une Procureure impliquée dans des cas de torture, de détention sans procès, et de refus de représentation légale pour les personnes arrêtées, pendant son mandat dans le cabinet du dictateur brutal de la Gambie.

Le monde ne peut plus rester silencieux sur ces faits et sur le déni de justice envers les Palestiniens.

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : http://www.palestinechronicle.com/

CAPJPO-EuroPalestine

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0