Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
26 octobre 2012

Basket à Chalon : la Mossad n’a pas encore appris aux chiens à détecter les drapeaux palestiniens !

Bravo au jeune homme qui a réussi à déjouer le dispositif policier de malades mis en place au stade de Chalon sur Saone, à l’occasion du match de basket Maccabi (Israel) -Châlon, avec l’aide de nos impôts et du Mossad. Il faut croire que les chiens policiers ont encore des progrès à faire pour détecter les drapeaux palestiniens ! Lire ci-dessous l’article du quotidien régional "Le Journal".


Instant frisson de la soirée pour la sécurité. Le spectateur a été vite maîtrisé. Photo Gilles Dufour

"La venue du Maccabi Tel- Aviv était un événement pour les fans de basket et une vraie mission pour les responsables de la police nationale.

Drapeau palestinien déployé, un jeune spectateur fait irruption sur le terrain. Quelques secondes. Des agents de sécurité et des policiers en civil se précipitent pour le maîtriser. Il sera conduit manu militari dans un local sécurisé avant d’être conduit au commissariat. Une scène qui était redoutée par tout le staff en charge de la sécurité qui depuis une semaine s’était préparé à la réception du Maccabi Tel-Aviv.

Car dans le contexte mondial actuel, le déplacement de cette équipe israélienne se fait automatiquement sous haute sécurité. Le commissaire de police du commissariat de Chalon, Bruno De Bartolo, avait donc élaboré un plan d’action. Une note de service conséquente qui, en début de semaine, avait reçu l’aval du célèbre Mossad. Un « very good » écrit à la main qui avait valeur d’approbation et d’une confiance pleine et entière. « À chaque fois nous avons deux objectifs, expliquait, à quelques heures du coup d’envoi, le commissaire De Bartolo. Nous sécurisons l’intérieur et l’extérieur. »

Le flair de Dynamite

Pour cette mission, 30 fonctionnaires de police étaient engagés jeudi soir. Des policiers expérimentés de Chalon, mais aussi de Dijon et une équipe canine venue de Strasbourg, spécialisée dans la détection d’explosif. « Notre chienne est entraînée pour reconnaître tous les types d’explosifs que l’on connaît aujourd’hui », expliquait l’un de ces deux policiers qui s’affairait à inspecter l’intérieur du bus réservé aux joueurs israéliens pendant que son collègue fouillait trappes et soutes avec sa chienne judicieusement prénommée… Dynamite ! « On vous jure qu’on ne l’a pas rebaptisée. On l’a eue comme ça ! » Quelques petites secondes de décontraction pour ces deux hommes et leur chien qui ont inspecté à trois reprises le Colisée et l’hôtel des joueurs. Un lourd travail de 19 heures cumulées pour la chienne. Dynamite a pourtant parfaitement tenu son rôle.


Depuis trois jours, une équipe spécialisée de la police nationale, venue de Strasbourg, inspectait le Colisée. Photo L.J.

Il est 19 heures quand l’intensité monte d’un cran à l’arrière du Colisée. Le bus des joueurs arrive, encadré par quatre voitures de police. Devant la porte d’entrée, un agent du Mossad scrute la moindre personne inconnue. En cas de doute, les policiers sont chargés de la faire évacuer. 19 h 10, le bus ouvre ses portes et les stars de Tel-Aviv en descendent. Un cordon de policiers les conduit jusqu’à l’entrée et à leur vestiaire. Le niveau inférieur du Colisée est alors totalement sécurisé. Pour y pénétrer, il faut montrer patte blanche et badge assermenté à chaque détour de couloirs. Les contrôles sont stricts, impressionnants et les consignes appliquées à la lettre. Aucun détail n’est laissé au hasard. Pas même les effets personnels des secouristes de la Croix-Rouge, plus ou moins abandonnés dans une salle un peu trop proche des vestiaires de Tel-Aviv.

19 h 40, la salle commence à se remplir. Les premiers spectateurs installés sont les policiers en civils. Discrets, ils se fondent dans le public, le regard vissé dans les gradins. La police et la préfecture ont prévu d’installer le gros de l’effectif juste derrière le banc de touche des Israéliens. Des hommes expérimentés de la bac sont chargés de cette protection rapprochée. Et pendant la partie, à chaque temps mort, trois ou quatre agents de sécurité venaient encadrer le banc de touche des visiteurs.

Les policiers ont pu relâcher leurs efforts vers 23 h 30, quand le bus a quitté Chalon pour rejoindre l’aéroport de Genève.

En tout, trois personnes ont été arrêtées, dont une avec une banderole suspecte, et le jeune homme au drapeau. Un incident dont les policiers se seraient bien passés."

http://www.lejsl.com/edition-de-chalon/2012/10/26/securite-maximale-au-colisee

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | ... | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | ... | 1280