Accueil > Actualités

Macron en Israel : N’oublie pas la torture des enfants palestiniens, et le camp de concentration de Gaza

mardi 21 janvier 2020

"Le président français Emmanuel Macron, invité mercredi et jeudi en Israël pour commémorer la libération du camp nazi d’Auschwitz au côté d’une quarantaine de dirigeants mondiaux, doit profiter de l’occasion pour afficher sa détermination contre l’antisémitisme et appeler à nouveau au dialogue avec l’Iran", écrit l’AFP. Et la torture des enfants palestiniens, il compte en parler ? Et le camp de concentration de Gaza ? Et les démolitions de maisons palestiniennes ? Et l’annonce d’annexion de la Vallée du Jourdain ? Est-ce au programme ?






- Macron "neutre" entre les différents bourreaux du peuple palestinien :

"Emmanuel Macron s’entretiendra ensuite avec le président Reuven Rivlin et Benny Gantz, ancien chef de l’armée et grand rival électoral de M. Netanyahu, afin de rester neutre dans l’optique des législatives de mars en Israël." (AFP)

- Deux Etats : la bonne blague ! Où ça l’Etat palestinien ?

"M. Macron se rendra aussi en fin d’après-midi à Ramallah, en Cisjordanie, pour y rencontrer le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et montrer ainsi que la France maintient sa position d’une solution à "deux Etats" —soit un Etat palestinien viable aux côtés d’Israël."(AFP)

Extension de la colonie d’Ariel

- Un camp chasse l’autre ?

"Mercredi soir, le président français retrouvera les représentants d’une quarantaine de pays lors d’un dîner officiel pour marquer le 75e anniversaire de la libération —par l’armée soviétique— du camp nazi d’Auschwitz-Birkenau." (AFP)

-  Castaner va nous manquer !

Pour marquer l’engagement de son gouvernement, il sera accompagné du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

- Macron participe au développement de l’antisémitisme en France

"Le mois dernier, M. Macron a appuyé le vote par l’Assemblée nationale d’une résolution non contraignante qui associe l’antisionisme à une forme d’antisémitisme.
Ce texte, critiqué par une partie des députés de la majorité et de l’opposition, ainsi que par des intellectuels juifs, répond à une promesse annoncée devant le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) en février 2019." (AFP)

- On attend encore la condamnation de l’assassinat de Qassem Soleimani

"La République islamique, qu’Israël considère comme son pire ennemi, sera inévitablement au centre des discussions à Jérusalem, alors que le contexte régional reste tendu depuis la mort, dans une frappe américaine le 3 janvier à Bagdad, du général iranien Qassem Soleimani." (AFP)

source : AFP

CAPJPO-EuroPalestine

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0