Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
20 juillet 2014

Une boucherie sans nom : témoignages

Mise à jour à 14h37 : Des milliers de Palestiniens ont fui le nord de la bande de Gaza dimanche après une nuit de bombardements féroces qu’ Israël a amplifié par une attaque terrestre. Témoignages des atrocités sur place.



La sœur en pleurs de Fouad Jaber, ambulancier, qui a été tué en service dans le quartier de Shujayeh, et enterré à Gaza ce dimanche. (Photo : AFP - Mohammed Abed).

En tant que chef de l’ONU Ban Ki-moon, DEVAIT arriver dans la région à ajouter son poids aux efforts de trêve, le nombre de morts palestiniens a dépassé 400 après une nuit d’attaques intenses au nord et à l’est de la ville de Gaza.

"410 personnes ont été tuées depuis que la guerre a commencé et plus de 3020 personnes ont été blessées, la plupart des civils," a indiqué le sous- ministre de la Santé, Youssef Abou Rish aux journalistes présents à l’hôpital Shifa de Gaza.

Sept personnes ont été tuées dans la ville de Rafah nuit à la fois par des tirs de chars et des frappes aériennes.

Un cameraman palestinien et un ambulancier ont également été parmi les dizaines de personnes tuées dans Shujayeh dimanche, selon des sources médicales.

"le Cameraman Khaled Fouad Hammad et l’infirmierl Jaber ont été tués dans une frappe sur une ambulance, alors qu’ils tentaient d’évacuer les blessés de Shujayeh", a déclaré à l’AFP Qudra.

Dimanche matin, l’armée israélienne a confirmé que deux autres soldats avaient été tués durant la nuit, portant à sept le nombre de soldats israéliens tués.

Quatre soldats ont été tués samedi, dont deux sont morts dans un raid militant intérieur d’Israël. Un autre a été tué par un missile anti-char tandis que le quatrième est mort dans une fusillade avec un militant, a indiqué l’armée.

Plus tôt cette semaine, une proposition de trêve égyptienne a été acceptée par Israël, mais rejetée par le Hamas qui a dit qu’il n’avait pas été consulté.

Le Hamas exige la fin de la « guerre contre la bande de Gaza," la levée du siège sur Gaza, l’ouverture du passage de Rafah avec l’Egypte, la liberté de mouvement dans les zones frontalières, l’annulation de la zone tampon et la possibilité de pêcher à 12 miles nautiques de la côte (et non 3 comme en ce moment)..

En outre, le Hamas exige la libération de ses membres qui avaient été libérés dans l’échange de 2011 et récemment ré-arrêtés en Cisjordanie .

Un haut fonctionnaire de l’OLP, a déclaré dans une interview à la télévision palestinienne que la direction basée en Cisjordanie, estimait légitimes les revendications du Hamas. "Ce sont aussi nos exigences", a déclaré Yasser Abed Rabbo. « Si Gaza est brisée, tous les Palestiniens le seront."

Israël avait accepté d’observer un cessez-le feu "humanitaire" de deux heures immédiate Shujayeh, de 13H30- à 15 H 30 (1030 et 1230 GMT) dans Shujayeh, pour évacuer les blessés", a déclaré un porte-parole de l’armée.

Cependant, l’armée israélienne a repris ses attaque sur Shujayeh autour de 14h30, affirmant que le Hamas a violé la trêve. Israël avait précédemment indiqué que son opération terrestre allait "s’élargir" plus tard dimanche.

"Les morts gisant dans les rues"

Des milliers de Palestiniens, pieds nus et en pyjama, dans Shujayeh après une nuit de non-stop bombardements israéliens.

Ils ont décrit des heures de terreur, comme des obus de chars explosant dans les foyers, sans électricité et aucun moyen de s’échapper.

Ils ont appelé les ambulances, mais il n’y avait aucun moyen pour les véhicules de se déplacer sous le feu constant de l’armée d’occupation.

Donc à la fin, des milliers d’habitants désespérés ont fui à pied au premier feu, et ont marché deux heures ou plus dans la ville de Gaza.

Ils ont laissé derrière eux les corps des morts dans les rues de leurs quartiers - en Nazzaz, dans Shaaf et dans d’autres parties de cette région entre la ville de Gaza et la frontière.

"Le pilonnage a commencé hier soir, autour de 21 heures et ça n’a fait qu’empirer », raconte Ahmed, fuyant avec sa femme et ses enfants.
"Le bombardement était tout autour de nous - il n’y avait pas de lumière, pas d’eau, nous ne savions pas quoi faire. Nous avons appelé les services d’urgence, mais ils ont dit qu’ils ne pouvaient pas nous atteindre, nous avons décidé de partir à pied. Mais avec les deux frontières israélienne et égyptienne bouclées, nous ne savons pas où aller pour fuir la boucherie."

Jusqu’à présent, l’UNRWA a ouvert 55 de ses écoles à ceux qui fuient les zones les plus bombardées, avec plus de 63 000 personnes y ayant trouvé refuge, a indiqué l’agence.

"Le nombre a triplé au cours des trois derniers jours reflétant l’intensité du conflit et les menaces démesurées que pose l’attaque pour les civils », a déclaré le porte-parole Chris Gunness dans un communiqué.



A l’hôpital Shifa, des ambulances arrivaient toutes les cinq minutes, avec des personnes en train de hurler de douleur. Mais les blessés et les morts ont également été amenés par voiture et camion.

Cris d’angoisse : "Vous avez vu Ahmed ?", "Avez-vous vu ma femme ?" partout dans la cour de l’hôpital, où les habitants paniqués de Shujayeh étaient réunis en groupes familiaux, tandis que les corps à l’intérieur et les blessés gisaient sur les planchers tachés de sang.

Un enfant était manifestement déjà mort, la tête penchée sans vie.
Dans la salle d’urgence, des parents ont perdu le contrôle et se sont mis à frapper les murs de désespoir.

Le nombre croissant d’enfants tués (au minium 73) dans cette attaque fait réagir un nombre croissant d’ONG, telles War Child et Défense des Enfants International.

"C’est le pire de tout ce que j’ai vu jusqu’ici", disait Hassan, 38 ans, qui a travaillé pour le ministère de la santé de Gaza au cours des huit dernières années. "Des femmes enceintes blessées, des hommes et les femmes en détresse suppliant les ambulances d’aller dans leurs quartiers pour ramasser les blessés. Des habitants sont encore coincés à l’intérieur Shujayeh, totalement terrorisés".

(Extraits de AFP, Reuters, Al-Akhbar)

CAPJPO-EuroPalestine

http://maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=714682
Israel today rejected a 3-hour humanitarian ceasefire in Gaza proposed by the International Committee of the Red Cross.


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 8690