Accueil > Actualités

Qui a assassiné Mohamed Morsi ? Pas seulement le bourreau Sissi

mercredi 19 juin 2019

Mohamed Morsi, le seul président démocratiquement élu de l’histoire égyptienne, est décédé mardi après six ans d’emprisonnement dans des conditions inhumaines.


(hommage à Mohamed Morsi, mardi à Istanbul en Turquie)

Un porte-parole de la dictature militaire du maréchal Abdelfattah al-Sissi a déclaré que l’ancien président, renversé par l’armée en 2013 un an après son élection, avait succombé à une crise cardiaque alors qu’il comparaissait une nouvelle fois devant des tribunaux qui l’ont déjà condamné plusieurs fois à la perpétuité, dans des procès à chaque fois expéditifs.

Crise cardiaque ? Possible, pour un homme de 67 ans, placé en isolement depuis 6 ans, souffrant de diabète et d’hypertension artérielle sans que ses geôliers autorisent son traitement.

Alors, la responsabilité de la clique militaire dirigée par le boucher Sissi, bourreau des Frères Musulmans et de bien d’autres opposants à sa sanglante dictature, est évidente dans le décès de Morsi.

Martyr, sans doute incompétent et naïf au cours de sa brève année de président de l’Egypte de 2012 à juin 2013, s’en est allé rejoindre les dizaines de milliers de ses concitoyens, hommes, femmes et enfants, sauvagement torturés et assassinés par la dictature.

Mais Sissi n’est pas le seul coupable.

Comme le souligne très justement le journaliste David Hearst, rédacteur en chef du site Middle East Eye, tous les dirigeants de la planète, de Hollande puis Macron, à Obama puis Trump, en passant bien sûr par les Saoudiens Salmane et MBS ou encore Netanyahou, sont restés silencieux face aux exactions « du plus cruel des pharaons », quand ils ne les ont pas applaudies.

Au contraire, ils ont continué à lui vendre des armes : des frégates Mistral et des Rafale de Dassault, dans le cas de la France, payés par les Saoudiens, des sous-marins côté allemand, etc.

Tous lui ont déroulé le tapis rouge. Et lorsque, à l’occasion d’un sommet Union européenne/Ligue Arabe qu’il hébergeait il y a quelques mois à Sharm el Sheikh, un délégué européen a timidement évoqué l’ampleur des exécutions capitales en Egypte, le pharaon a cyniquement répondu : « Ah oui ? Vous savez, les exécutions, cela fait partie de notre humanité à nous ici en Egypte. Elle est un peu différente de votre humanité européenne ». Tout le monde est ensuite passé au buffet, car voyez-vous, cela ouvre l’appétit de telles conversations.

Honte à tous ces criminels !

A lire (en anglais) : https://www.middleeasteye.net/opinion/who-killed-mohamed-morsi

CAPJPO-EuroPalestine

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0