Accueil > Actualités

Israël a empêché la tenue du championnat de foot palestinien : Boycott du foot israélien !

jeudi 5 septembre 2019

Israël a empêché cet été le déroulement de la finale du championnat de football palestinien. Il est donc important d’appliquer à l’Etat d’apartheid, un boycott sportif similaire à celui qui a permis l’abolition de la ségrégation en Afrique du Sud.


Equipe de foot nationale palestinienne

Le régime israélien a empêché l’équipe de foot de Rafah de se rendre en Cisjordanie, où était prévue la rencontre avec l’équipe des joueurs du Centre Balata de la Jeunesse, pour jouer la finale, indique Ramzy Baroud.

"La politique d’Israël, consistant à sans cesse mettre des bâtons dans les roues des sportifs palestiniens ne connait pas de pause, dès lors qu’elle poursuit un but bien défini : rendre absolument impossible toute activité sportive palestinienne, quand bien-même celles-ci ne sauraient constituer une quelconque menace à la "sécurité d’Israël", souligne-t-il.

"De toutes les équipes de foot dans le monde, l’équipe nationale palestinienne a sans doute décroché la palme de l’équipe la plus harcelée, la plus entravée dans sa liberté de jouer.

En raison de toutes les restrictions que lui impose Israël, l’équipe nationale palestinienne s’est trouvée, de fait, dans l’interdiction de jouer les matchs nationaux dans ses propres stades, se voyant contrainte de jouer dans les pays arabes voisins... Et sans oublier qu’aucun entraîneur étranger n’est autorisé à se rendre dans Gaza l’assiégée."

En toile de fond, ne perdons pas de vue, non plus, ce quotidien de désolation où c’est désormais sans surprise que l’on apprend qu’un joueur palestinien s’est fait tirer dessus, ou bien se trouve derrière les barreaux dans les geôles israéliennes.

Malgré sa politique visant à empêcher tout essor d’un sport national palestinien, Israël n’a jamais fait l’objet du moindre froncement de sourcil sur la scène sportive internationale.

Après tout, pourquoi Tel Aviv agirait autrement, cesserait de violer les droits les plus fondamentaux de l’équipe nationale palestinienne dès lors que, comme les autres fédérations internationales de sport, la FIFA ne lève pas même le petit doigt.
On est même bien au delà de l’inaction, puisqu’Israël, cet enfant roi, au lieu de se voir puni, est maintes fois récompensé.
Ainsi l’association nationale de l’équipe israélienne de football peut désormais, sans aucune mesure de rétorsion de la part des parrains de la FIFA, compter parmi ses membres six équipes issues de colonies illégales, qui prospèrent en Palestine volée.

L’appel au boycott des équipes de foot israéliennes, et de tous ceux qui les sponsorisent, comme PUMA, est donc impératif.

D’autant que le sport est un axe central à toute la campagne de boycott, un pilier porteur dans la stratégie à adopter", estime ce journaliste palestino-américain. Car la campagne de boycott au niveau sportif ne fait pas seulement écho parmi les politiques ou les intellectuels, mais trouve une grosse caisse de résonance parmi le peuple et, par extension, tous les peuples du monde. "Son impact psychologique se voit décuplé.
“Le cas du boycott s’agissant du foot israélien, est tout aussi emblématique de ce que fut celui de l’équipe nationale sud africaine, lorsque son pays était régi par l’apartheid.” (Rappelons que la FIFA avait été obligée de suspendre l’équipe nationale de foot sud africaine)

Le citoyen israélien sera alors contraint de se poser la question des conséquences de son soutien aux fascistes, aux gouvernements racistes en place.
Cela permettrait de provoquer un sérieux débat en Israël. C’est en tout cas ce qui s’est produit en Afrique du Sud, du temps de l’apartheid, le boycott international ayant pu fragiliser jour après jour ce régime honni."

(Traduit par Lionel R. pour CAPJPO-EuroPalestine)

Source : Ramzy Baroud, journaliste et éditeur de la publication The Palestine Chronicle.

CAPJPO-EuroPalestine

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0